Une soirée chez Pleyel

Jeudi soir, à la salle Pleyel,  il y avait l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig (t’affole pas, moi aussi, le seul mot que je comprends, c’est « orchestre »). Avec Lang Lang en guest star. Pour info: Lang Lang, c’est un pianiste chinois. Certains disent que c’est un génie (en toute simplicité!) Enfin bon. Et donc tout ce petit monde jouait Mendelssohn.

Donc, je suis allée voir comment était l’ambiance, du côté de chez Pleyel.

Le concert était très chouette. Bien que je me soit beaucoup inquiétée pour le violoncelliste qui avait le visage tout rouge. Il semblerait qu’on les fasse trimer même avec 40° de fièvre. Je me suis dit qu’un orchestre, ça doit être un peu comme un goulag, mais avec une bande son. Et puis j’ai repéré une violoniste qui avait un sac à main accroché à sa chaise. Là, une question s’impose: pourquoi (je te le demande) mademoiselle a-t-elle le droit d’apporter son nécessaire de survie sur scène, alors que personne d’autre ne le fait? Deux solutions: soit, elle a une grave maladie qui nécessite d’avoir des médicaments disponibles très-très rapidement (et donc: l’orchestre, c’est bien le goulag). Soit: elle a un passe-droit et elle peut faire ce qu’elle veut, la scène c’est un peu comme son boudoir, elle connait le directeur ou elle est la fille du chef d’orchestre…

Mais ça me parait improbable. Surtout que le chef d’orchestre est mon (nouveau) héros (et il ne peut pas avoir une fille qu’il privilégie de façon aussi évidente). Ce gars, j’en suis vraiment fan!!! Je ne te l’ai pas encore dit, mais j’étais placée derrière la scène. Ce qui fait que d’une, j’étais hyper près du bruyant petit groupe; de deux: j’étais face au chef d’orchestre. Et ça, c’est vraiment la classe! Sache que Riccardo (oui, mon héros s’appelle Riccardo Chailly) est le fils naturel de Zorro. Il pointe, il pique, il fait des tas de mouvements de fou avec sa baguette! Il combat des notes imaginaires, écharpe des portées, transperce des bémols de la pointe de son épée… Et tout ça avec, en prime, une petite touche de « Saturday Night Fever » (dans le déhanché).  Et puis quand la pression monte, il dit « TA-DAAAAAM! » et quand c’est l’orage: il fait les gros yeux, ses sourcils se froncent, puis avec ses mains il dit « pianissimo-pianissimo, kids! » pour calmer son gang qui s’enflamme, et puis après c’est encore l’orage et il fait des grands moulinets avec les bras! Trop-trop chouette à regarder! Ça te donne un punch d’enfer! Et quand le concert s’achève et que tout s’est bien passé, il est content et il sourit jusqu’aux cheveux! Et il se marre! Et tel un boxeur, il brandit ses poings vers le ciel! J’adore! ^^

A part te parler de ma nouvelle idole, je voulais te faire une petite étude de la musique, avec analyse des thèmes et tout… Mais il se trouve que je n’y connais absolument rien. ^^

Donc, je vais plutôt te raconter l’entracte.

premier mouvement (moderato)

C’est la pause, tout l’orchestre a disparu. Mon voisin de droite a abandonné sa compagne pour aller passer un coup de fil probablement très urgent… Il n’est pas le seul à avoir quitté sa place: la moitié de la salle est partie à la recherche de champagne et de caviar (oui, on est quand même dans le VIIIe, les enfants!). Enfin je suppose qu’il y a quelque chose à manger quelque part, parce que s’ils sont tous partis aux toilettes, il doit y avoir une file d’attente de malade.

Ceux qui ne sont pas du quartier (et n’ont aucun goût pour le caviar) sortent discrètement des vivres de leurs sacs. Qui les madeleines Bonne Maman, qui les biscuits Gerblé, qui les gaufrettes aux noisettes (on est venu avec sa petite famille à ce que je vois!)

Le staff fait un peu de rangement sur la scène. Il enlève le piano de Lang Lang (qui n’était là que pour la première partie). La manœuvre est délicate: la scène est toute petite, or il s’agit de faire rouler le piano (oui, c’est un piano avec des roues, très ingénieux!) vers un angle, et le tout en longeant dangereusement le bord de la scène. Et donc avec la possibilité de le faire basculer dans le vide. Et ça m’angoisse! Mais rassure-toi, ces gens sont des pros, ils te font rouler un piano comme pas deux. Il n’y a pas eu d’accident.

Second mouvement (adagio)

Un contrebassiste revient discrètement sur scène, histoire de réviser deux ou trois accords. Ça tombe bien, c’est celui que j’aime bien: sa contrebasse est en bois tout vieilli, avec des tas de nuances différentes. L’instrument qui sent « le vrai ». C’est dingue comme c’est bobo-à-la-noix comme remarque, hein! Mais c’est comme ça: les autres instruments -qui sont tout reluisants- ils m’inspirent pas confiance.

Ceux qui ont fini leur goûter se plongent dans la lecture du programme et apprennent avec intérêt qu’ « à 20 ans, Félix Mendelssohn se voit offrir par ses parents un voyage de trois années à travers l’Europe, en récompense de ses études brillantissimes dans tous les domaines. » (Espèce de chanceux petit chacal!)

Mon voisin de droite est revenu. Et c’est le drame avec sa dame: « Mais c’est dingue, ça! On est tous les deux à un concert, et à la première occasion, tu te barres, au lieu de discuter avec moi! », suivi d’un « Mais tu ne m’écoutes jamais! », qui se termine par « Et ça t’arriverait, un jour, de te remettre en question ne serait-ce qu’un tout petit peu? » … Et c’est le début de la Guerre Froide, la Torture par le Silence, elle boude et ne veut plus lui parler.

Pendant ce temps, je suis on-ne-peut-plus concentrée et absorbée par ma lecture de la biographie de Mendelssohn…

Troisième mouvement (presto)

La salle se re-remplit. Des petits couples heureux retrouvent leur balustrade. Des vieillards grabataires se calent dans leur fauteuil. Des profs de musique cherchent leur rangée.  Il y a des gars en jeans et d’autres en costards. Certains avec un vrai style et une étiquette sur le front, et des humains lambdas: tout un tas de gens qui, comme moi, ne connaissent pas grand chose à la musique mais trouvent ça très joli et sont très contents d’être là. ^^

Une première sonnerie retentit. Elle prévient que le concert va bientôt reprendre. C’est incroyable ce qu’elle ressemble à celle qu’il y avait dans mon lycée. De la même façon, le pas des retardataires s’affole. La dame avec un pull vert, à gauche, presse elle aussi un peu son mouvement: bibi va bientôt revenir et son rouge à lèvres n’est pas tout à fait impeccable. Il ne faudrait pas être surprise en flagrant délit de coquetterie.

Ma (presque) voisine de droite est partie à la recherche de partenaires de conversation: « Mais siiii! Je vous ai vu dans le hall, j’ai dit à Richard: « Eux, on les connait! » Je le savais!… Vous avez deux filles, c’est bien ça?… Et puis vraiment, je dois dire que Lang Lang est assez impressionnant… Quel talent! On voit à peine ses mains bouger tellement elles vont vite… »

La deuxième sonnerie retentit, là, faut vraiment se bouger et retourner à sa place, ça va reprendre. Ma (presque) voisine revient, rassasiée de ses 5 minutes de socialisation. C’est bon, tout est réparé, elle est plus fâchée, elle re-parle à monsieur et ils vont pouvoir écouter la Symphonie Écossaise main dans la main.

Ouf! The show must go on.

8 Commentaires

Classé dans Unik

8 réponses à “Une soirée chez Pleyel

  1. Sanjuro

    J’ai bien rigolé en lisant ce post.
    En plus, Lang Lang passe le mois prochain à Abu Dhabi, il me semble. Celà me donne vraiment envie d’aller le voir

  2. mikoscar

    J’avais une petite question, si cela ne derangeait pas trop.
    Lang Lang est il au niveau de sa reputation?

  3. marine

    @mikoscar:
    vu que j’étais dans l’arrière-scène, le piano était ouvert vers l’autre côté (tu me suis, là?^^) donc j’ai été vraiment déçue par le son, qui arrivait mal de mon côté.
    Et il n’est passé qu’en coup de vent (Lang Lang, pas le piano!) J’aurais aimé aller à un récital, où tu peux bien te concentrer sur le piano lui même, mais il n’y avait plus de place (sans surprise, hein!)
    Donc, je dirais que j’ai bien aimé, mais ce n’était pas autant l’extase que ce que sa réputation laissait entendre. Pour cette fois-ci, j’ai bien plus apprécié l’orchestre que le soliste (ce qui est le but, tu me diras!). J’aimerais retenter le coup… un jour! En attendant, je suis impatiente d’aller écouter Yundi Li (qui à mon avis, est encore meilleur!)… Vivement!
    Tu me diras ce que tu penseras de Lang Lang, si tu as l’occasion de l’entendre???

  4. marine

    @mikoscar:
    au fait: bienvenue!!! et n’hésite pas pour les questions!
    @Sanjuro:
    vas-y!vas-y! et tu me diras comment c’était!!! Le plus drôle, c’est la séance de dédicace, à la fin du concert! Comme une pop-star, sauf que les groupies ont 80ans!! mdr!

  5. Sanjuro

    Euh, en fait, je me suis mélangé les pinceaux, mikoscar c’est aussi moi😀
    Bon ben tu m’as convaincu, j’irai me chercher des places pour Lang Lang demain.
    Entre lui et Andrea Boceli la semaine suivante, je vais m’en mettre plein les esgourdes🙂

  6. marine

    @Sanjuro-Mikoscar:
    mdr! t’inquiète, ici tes multiples personnalités sont toutes aussi bienvenues les unes que les autres! ^^

  7. Sanjuro

    Bon finalement, Lang Lang celà n’a pas été possible. Mais Andrea Bocelli, une merveille. A faire si tu as l’occasion🙂
    Et merci pour l’acceuil ^^

  8. marine

    @Sanjuro:
    ah oui, c’est bien Andrea Bocelli? Moi, les gens qui chantent, ça me fait un peu peur… Mais je garde l’info dans un coin de ma tête!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s