Le Libraire (de mes rêves)

Ces armes étaient des phrases et ces phrases, le libraire les avait prises dans des méthodes de langues étrangères. (…) Et sa préférée parmi toutes: « Il y a beaucoup de choses intéressantes à apprendre sur les icebergs. » (…)

Le libraire essayait parfois d’imaginer la personne qui avait réussi à écrire la phrase sur les icebergs, qui s’était dit sans sa tête « Il y a beaucoup de choses intéressantes à apprendre sur les icebergs », et qui ensuite l’avait écrit, et qui s’en était servi d’exemple dans une méthode de langues, parmi d’autres phrases elles aussi magnifiques, mais qui n’avaient sans doute pas le pouvoir de celle-là, bien que le libraire ne les eût pas toutes essayées.

Le libraire n’avait rien contres les icebergs et ne doutait pas qu’il y a avait beaucoup de choses intéressantes à apprendre sur eux, comme sur tous les phénomènes naturels, mais penser cette phrase! Mais l’écrire! … Et la dire!… Quelle merveille!

J’ai vraiment eu du mal à choisir la citation. Et je n’en suis pas encore tout à fait satisfaite. Tu sais que je fais des cahiers de livres. Pour te parler de celui-ci, je suis allée replonger dans mes cahiers, voir quelles citations j’avais relevées. J’avais écrit le titre, auteur, éditeur et compagnie. Puis: rien. Si ce n’est la remarque: « il faudrait prendre le roman en entier en notes, ou presque. » Merci, ça m’aide beaucoup!

Je te parle actuellement d’un livre de Régis de Sà Moreira: Le Libraire. C’est mon chouchou ^^, mais il est terriblement difficile d’en parler! Essayons quand même.

Ça se passe dans une librairie (jusqu’ici tout va bien). Dans la librairie, il y a un libraire. Il boit une tasse de tisane différente à chaque client qui passe. Parfois il se planque sous son bureau pour ne pas être dérangé. Il envoie des pages déchirées de livre à sa famille en guise de lettres. C’est un homme très très très très très sensible. Mais aussi très drôle (pour le lecteur). Dans la librairie, il y aussi des clients. Quand ils entrent, la porte fait « poudoupoudoupoudou » (j’adore!). Parfois aussi Dieu passe. Mais il ne dit pas grand chose. La Mort aussi. Elle pose soigneusement sa faux au porte-manteau et demande au libraire de lui lire de la poésie. Ça la rend toute blanche. Le libraire n’a sur ses étagères que les livres qu’il aime. Il envoie les gens qui cherchent le rayon développement personnel voir « en face », c’est-à-dire: au bar-tabac de l’autre côté de la rue. Il y envoie aussi ceux qui cherchent des livres de psychologie. Pareil pour le droit commercial. Même ceux qui cherchent « quelque chose sur les chars de combat », ou ceux qui « se cherchent eux-même », il leur conseille d’essayer en face. Sait-on jamais!

Il n’y a donc ni action, ni d’intrigue. Juste des petits évènements; des petites rencontres; des petits dialogues; des petites pensées; des petites attitudes… ^^ C’est un roman aux courts chapitres, qui se lisent très vite. C’est de la douceur en boîte, avec en prime un peu de mélancolie, beaucoup de tendresse et de vrais fous-rires! Vraiment je te conseille de le glisser dans ta bibliothèque!  Ou bien tu l’as déjà? ^^

« Le Libraire » de Régis de Sà Moreira, Le livre de Poche, 2006 (1e édition: Au Diable Vauvert, 2004) Citation d’en tête pp. 93-95

2 Commentaires

Classé dans Encre

2 réponses à “Le Libraire (de mes rêves)

  1. JE ne dirais rien c’est le même effet que d’habitude, tu parles tellement bien des choses que tu aimes qu’on a envie de les découvrir

  2. Depuis le temps que tu m’en parles, j’ai honte de ne pas l’avoir encore acheté, celui-là!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s