Miroir, mon beau miroir…

Ce mardi de l’an de grâce (non, n’y pense même pas, je ne ferai pas de vil jeu de mots ^^) 2009, je me réveille toute guillerette-pimpante-pomponnette.

Je saute hors de mon lit d’un bon gracieux et vif, chantonnant à tout venant (tralalalaaalalala!). Je bois un jus de pamplemousse (rose) très frais (lalalilalaaalala!). Je revêts une petite laine présentée gracieusement par deux charmants moineaux (lalalalaaa!). J’enfile mes pantoufles (de coton) apportées par un daim hyper serviable (tralalilaloulali!). Je vais dans la salle de bain brosser mes quenottes et je me retrouve face à mon miroir… Là, que vois-je? Ô joie! Ô bonheur! En ce jour béni, j’ai un teint parfait! Le truc qui te donne une mine réjouie et un regard vif! Cette journée sera merveilleuse!!!

Je ne m’arrête pas plus longtemps pour contempler mon auguste visage (je suis comme ça, moi: raisonnable et modeste. Je dirais même plus: je suis la simple modestie personnifiée) et je poursuis mes préparatifs de sortie vers le Monde-extérieur-de-dehors (lalalalilalou!)…

Je suis dehors. Je marche. Je marche. (oui, je suis sur un très grand boulevard) Donc je marche. (lalalalilala!…) Et je passe devant un magasin de chaussures. Je m’arrête (de marcher) et j’entre (mûe par mon légendaire esprit scientifique). J’étudie alors tous les modèles avec mes yeux perçants (lalalalouuuulala!). J’avise un miroir. Je vise: moi dans le miroir…

Et là, il y a comme un moment de flottement, un petit vide dans ma tête…

Puis une tentative de positivisme: « Oooooooooooooooh! Un miroir  qui réfléchit les images en noir et blanc! Comme-c’est-ingénieuuuuux!…??????? »

FIN de la phase d’optimisme stupide. C’est officiel: il n’y a que moi qui suis en monochrome, le reste du magasin se reflète parfaitement bien en Technicolor…

Qu’est-ce-donc-que-donc????? (okay, en vrai c’était plutôt: « WHAT THE F**K?!! »… mais bon ^^ )

Mon cerveau se lance alors dans une étude (frénétique et) approfondie de la situation, et relève 3 facteurs qui peuvent expliquer l’outrancière différence d’images entre le miroir de ma salle de bain et celui du magasin de chaussures (où je n’entrerai jamais plus, soit dit en passant):

  1. Première explication: comme c’était mon miroir de chez moi, il est possible que je lui aie versé un pot-de-vin pour qu’il ne projette que des reflets agréables. C’est cependant une explication tout à fait farfelue: un simple coup d’œil à mon compte en banque m’a prouvé l’impossibilité de la chose.
  2. L’ampoule du plafonnier de ma salle de bain est morte (depuis la semaine dernière, d’ailleurs, hum!) et là, je n’ai pour source lumineuse qu’une toute petite lampe d’appoint…
  3. Je me rends compte aussi qu’au réveil, je ne porte pas encore mes lunettes…

Conclusion (et révélation du jour): c’est seulement dans le noir et du point de vue d’un aveugle que j’ai un teint parfait… Top cool… Je sens que la semaine va être rude… ^^

Dis-moi que toi, ça va, tu es toujours en couleurs!?!

8 Commentaires

Classé dans Chick & Trucs, GrrRRRrrrr

Le mercredi… c’est permis?

Hier, j’attendais, le métro depuis … pffffffff! bien QUATRE SECONDES quand j’ai commencé à m’impatienter. Le métro a fini par arriver, mais c’était trop tard, j’étais déjà partie en live dans ma tête…

Dis, où sont tes rames?

Métro, je te parle: où sont tes rames?

Réquisitionnées par la police? Sur un malentendu, dis-tu? Je vois: une question de dyslexie…

Alors, à défaut: où sont tes rameurs?

Les râleurs, les rôdeurs je les ai repérés.

J’ai trouvé aussi les rappeurs,

et les ratteurs, à chaque arrêt aux vitres collés.

Mais je ne vois ni rames ni rameurs.

Ça semblait pourtant approprié d’aller au travail en galère.

Mais on a volé les rames au métro. Juste après Pâques, c’est vache.

A part ça, si tu t’interroges encore: oui, je suis à nouveau en phase hyper-vraiment-trop-vitaminée pour cause de consommation abusive de pamplemousse rose! Oui, je sais, va falloir que je diminue la dose. ^^

Je venais juste te saluer, et comme on est mercredi, je me suis dit qu’un petit trip était sans doute permis… (oui, ça n’a aucun rapport, mais bon) (à part qu’on est bien mercredi, n’est-ce pas? J’ai un doute tout d’un coup…)

7 Commentaires

Classé dans Bidule

Le retour de la Question

Oui, c’est la crise. Le retour de la grande et immense et terrifiante et obnubilante question. Le retour du grand challenge contre lequel se bat régulièrement tout demi-humain qui se respecte. « Demi-humain »? Tu ne sais pas ce que c’est? C’est un humain à qui il manque une caractéristique essentielle. Un humain qui ne peut absorber un liquide pourtant vital aux autres humains.

J’ai nommé: l’Humain Qui Ne Boit Pas De Café.

Or, pour mon très grand malheur je fais partie de cette catégorie déficiente.

Dis, euh, pourquoi j’ai l’impression que tu n’es pas solidaire DU TOUT du drame qui se joue sous tes yeux???! Je trouve que tu prends ça un peu trop à la légère, dis donc! Je crois que tu ne te rends pas DU TOUT compte de l’ampleur de la crise! (du tout!)

Laisse moi te mettre dans le bain contextuel et virtuel de cette crise néanmoins très réelle. Lire la suite

14 Commentaires

Classé dans GrrRRRrrrr, Liste

By the way…

Parfois je suis là.

Parfois je ne suis pas là.

Parfois je reviens de voyage.

Je ne sais pas où je suis allée, mais c’est sûr que j’y suis allée puisque je n’étais pas là et que je reviens de quelque part.

Ça m’inquiète pour ceux qui pensent que je suis toujours là parce qu’ils croient me voir, un peu, là, en flou. Parce qu’ensuite eux aussi ils s’inquiètent. Ils se disent qu’ils ont besoin de lunettes. Ou bien qu’il faut faire quelque chose pour améliorer ma résolution.

Alors qu’en fait je ne suis pas là. C’est tout simple. Et très bête. Et probablement très égoïste. Mais ne vous inquiétez pas pour moi. Et excusez-moi, si possible.

6 Commentaires

Classé dans Unik

Mac Do ET Angelina

Hier, en passant devant le Mac Do (NON je ne vais PAS te parler de nourriture! C’était quoi ce réflexe, là! Tu me prends pour un Ventre, peut-être? ^^ Bon.)

Donc: en passant devant le Mac Do -celui qui a une grande baie vitrée-, j’ai vu un truc qui m’a rassurée sur le fait de vieillir… J’y ai surpris un groupe de vieilles dames en flagrant délit de bonne humeur! Si-si: il y avait tout un gang de tailleurs sans forme, de permanentes sur cheveux couleur neige et de talons plats (« parce que c’est plus de mon âge, les talons, tu sais. Et puis avec mon dos… »). Elles avaient l’air de drôlement s’amuser!

Pour moi (qui n’imagine pas ma grand-mère dans un Mac Do), ça faisait un peu comme si un punk débarquait chez Angelina et commandait un thé à la bergamote: hors sujet, quoi! (Oui, je sais, c’est un bel exemple de délit de faciès, de préjugé et caricature de ma part.) Toujours est-il que nos vieilles dames, elles s’en contrefichaient. Elles chattaient gaiment en dégustant sunday (avec supplément chocolat), café,  brownies… J’imagine les textos, la veille: « Alors les filles, ça tient toujours pour le goûter demain? » / « Je peux pas avant 16h30 parce que je dois passer à la paroisse avant, mais après c’est bon. » / « Mon fils part en fin d’après-midi: à 17h je suis libre! » ^^

Sérieusement, quand j’aurai 70 ans, j’adorerais avoir ce genre de programme:

  • Lundi: Rendez-vous avec les copines au Mac Do. Se rappeler de rapporter à Bernadette la brochure sur le trekking en Patagonie.
  • Mardi: Aquagym. Demander son mail au prof. Vu que mon Tendre n’est plus là, ça peut pas faire de mal de flirter un peu.
  • Mercredi: Rendez-vous avec les copines, chez Angelina. Ne PAS choisir ET le chocolat chaud « l’Africain » ET la pâtisserie du même nom… Être raisonnable: demander que la pâtisserie soit à emporter.^^
  • Jeudi: Shopping, trouver un legging. Juliette (ma petite-fille) me dit que c’est très à la mode. Et puis ça a l’air commode. Et ça doit tenir chaud.
  • Vendredi: Finir de tricoter le pull pour Mathéo. Enregistrer Thalassa puisqu’on va guincher avec les copines.
  • Samedi: Rétrospective Cocteau au Forum des Images.
  • Dimanche: Déjeuner à la maison avec Fifils et sa famille. Test des nems à la carotte. Voir si Juliette pourrait me télécharger l’intégrale de Grey’s Anatomy.

Selon moi, ça a l’air plutôt cool. Tu me diras, il n’y a rien là d’extraordinaire. Et rien que je ne puisse déjà faire aujourd’hui (bon d’accord: à part le tricot, l’aquagym et les petits-enfants!) Non, en fait, le truc, c’est juste que je me disais que j’aimerais vieillir sans me fossiliser… Au pire, je veux bien faire un impasse sur l’aquagym (faut être réaliste, quand même!) mais je veux pas vieillir et ne plus savoir rigoler et être une caricature du vieillard grincheux sombre et triste. Et obscur.

Vivement que je sois vieille et pas sage!

13 Commentaires

Classé dans Chick & Trucs

Bizarreries d’un vendredi 13

IL EST MIDI (jusqu’ici tout va bien). Mon téléphone sonne (jusqu’ici tout va bien). S’ensuit une conversation passionnée et philosophique sur le Dow Jones (ou peut être juste sur John, je sais plus). La conversation dérive sur les produits Bio, et ma correspondante (pro en la matière) m’apprend qu’on peut être accro à l’huile essentielle de menthe douce.

Oui, tu as bien lu. Mais je vais le réécrire pour que tu sois sûr: il y a des gens qui sont addicts à l’huile essentielle de menthe douce. (Ou bien était-ce l’huile de basilic? Flûte, j’ai un doute!) Moi qui ne connais RIEN à tout ça, j’apprends dans la même phrase que l’huile essentielle d’arbre à Thé va résoudre touuuuuuus mes problèmes et me sauver la vie, mais aussi qu’il est possible que je devienne une droguée.

Je descends de mon nuage, et je m’aperçois que c’est une histoire de malade. Je n’avais absolument pas conscience des ravages que pouvait causer la dépendance aux huiles essentielles.

Je raccroche. Et je réalise qu’on est vendredi 13. C’est donc normal que la Terre ne tourne pas rond: une masse de gens superstitieux qui panique en même temps, ça crée des mauvaises ondes, qui font des interférences avec la réalité normale. Ça doit être ça.

Lire la suite

12 Commentaires

Classé dans Bidule

Esprit de contradiction & Mauvaise foi

En fait je voulais te parler de Barthes & moi. Mais pour ça, il faut d’abord que je te raconte ma vie (t’es bien installé, là?). Donc je ne te parlerai (un peu) de Barthes, qu’à la fin (ô malin stratagème qui crée le suspense! Quel scoop interplanétaire te sera révélé?)

CHAPITRE 1

Dans le château familial, face à la bibliothèque, la Princesse QuiSenFoutDuPetitPoisSousSonMatelas s’arrache les cheveux et hurle de dépit: « Mais y’a rien de bien à lire dans cette fichue chaumière!?!! » (version bibliothécaire du fameux « Mais j’ai rien à me mettre! » qui viendra bien assez tôt). La Reine Mère arrive en urgence pour porter secours à Fifille et lui conseille (pour la cent-millième fois) de laisser sa chance à Dostoïevski et ses Frères Karamazov. Réponse subtile et hautement réfléchie de la Princesse: « Nan! Ça a l’air nul et ringard. »

Lire la suite

6 Commentaires

Classé dans Encre